Weekly Ismo – 29 Octobre 2021

  • Le MSCI World progresse de 0,42%.
  • Les taux sont stables : 1,56% pour le 10 ans US, -0,11% pour le 10 ans allemand.
  • Les matières premières sont stables. Le pétrole proche de 84$/bl.
  • Le Bitcoin est stable à 61 300$.
  • Le dollar est resté autour de 1,16$/€.
  • La volatilité, mesurée par le Vix, est restée autour de 16.

Ces chiffres sont actualisés à la clôture des marchés du vendredi 29 Octobre 2021.

Les marchés sont portés par les bons résultats

Malgré des premiers signes de ralentissement économique dans le monde et malgré la poursuite de la montée inflationniste, les marchés restent sur des niveaux élevés grâce à la poursuite des publications de bons résultats par les entreprises, même si les difficultés d’approvisionnement se font malgré tout sentir sur les résultats des géants comme Apple et Amazon. En octobre le MSCI World progresse de 5,1% effaçant le recul de septembre.

La croissance ralentit aux US

Le variant delta et les problèmes dans les chaines d’approvisionnement ont finalement eu un impact sur la croissance américaine qui s’inscrit à 2% pour le deuxième trimestre, bien en deçà des prévisions et des 6,7% du trimestre précédent. C’est la consommation, principale moteur de la croissance outre-Atlantique, qui est en berne à 1,6% contre 12% le trimestre précédent.

La croissance en Europe plus forte que prévue

Au troisième trimestre, la croissance européenne a été de 2,2% et de 3,7% sur une année. Elle est notamment meilleure que prévue en France et en Italie.

L’inflation toujours plus haute en Europe

Parallèlement à ces bons chiffres de croissance, Eurostat estime que l’inflation a été de 4,1% en octobre, soit le niveau le plus élevé depuis 13 ans. Sans l’énergie et la nourriture, l’inflation est au-dessus de l’objectif de 2% de la BCE. La réaction de Christine Lagarde, sa présidente, ne s’est pas fait attendre : le programme de soutien mis en place contre la Covid-19 va être supprimé début 2022.

La fin de l’argent gratuit ?

Les banques centrales signalent que la fin de la fête est proche. Un peu partout les programmes d’achats de dettes mis en place lors du Covid-19 vont s’arrêter. Face à l’inflation, les premières mesures consistent donc à freiner la croissance monétaire. D’autres sont déjà à l’étape suivante et prévoient de monter les taux s’ils ne l’ont pas déjà fait. C’est le cas du Canada et de l’Australie, pays producteurs de matières premières, qui s’apprêtent à emboiter le pas de la Norvège et de la Russie, pour ne citer qu’eux.

Le PER plébiscité par les Français

L’engouement des épargnants pour le PER assurance ne fait qu’augmenter au fil des mois. La collecte nette du PER depuis le début de l’année 2021 est déjà égale à celle de l’ensemble de l’année 2020, soit 1,6 milliards d’euros. Nous vous conseillons de bien comprendre les supports que vous utilisez (risques, frais, etc …).