Weekly Ismo – 26 septembre 2022

Retour au blog

  • Le MSCI World s’écroule encore : -5,08%.
  • Les taux sont en forte hausse : 3,70% pour le 10 ans US, 2,03% pour le 10 ans allemand.
  • Les matières premières chutent, le pétrole à 78$/bl.
  • Le Bitcoin recule à 19 000$.
  • Le dollar s’envole à 0,97$/€.
  • La volatilité, mesurée par le Vix remonte à 30.

Ces chiffres sont actualisés à la clôture des marchés du vendredi 23 septembre 2022.

La Fed a tué le game en montant les taux mais surtout en annonçant toujours plus de hausses. Un weekly plus dense pour une semaine exceptionnelle très riche en informations !

La Fed veut monter les taux plus vite et les laisser en haut plus longtemps

La Fed a bien douché les espoirs de ceux qui espéraient un ralentissement du resserrement monétaire. Powell a réitéré que sa priorité était de faire baisser l’inflation quel qu’en soit le prix. Il confirme d’ailleurs que le chômage va monter significativement, entrainant une récession quasi certaine. Il souhaite aussi voir le marché immobilier reculer et avertit que les taux resteront élevés le temps d’être sûr et certain que l’inflation est totalement sous contrôle. Il craint avant tout que, si l’inflation persiste, elle ne s’enracine. Quel terrible message pour les marchés ! Historiquement, cette politique a toujours conduit à une sévère récession. À la suite de la réunion de la Fed, les taux se sont fortement tendus, les actions ont dégringolé et le dollar s’est envolé.

Les autres banques centrales essaient de suivre le rythme de la Fed

La Fed met la pression sur le reste du monde. Sa politique provoque une envolée du dollar qui permet aux américains d’exporter leur inflation vers les autres pays. Chacun doit maintenant défendre sa monnaie. Les banques centrales montent les taux chacune à leur tour : la banque d’Angleterre (0,50%), de Suisse (0,75%), de Suède (1%), de Norvège (0,50%), de Taiwan (0,125%), des Philippines (0,50%), d’Afrique du Sud (0,75%). Et elles n’y vont pas avec le dos de la cuillère !

Les PMI d’août n’annoncent rien de bon

Pour ne rien arranger, mais on s’en doutait, les PMI reculent au mois d’août. L’activité manufacturière et dans les services se contracte au UK, en Europe et aux US. Les données macroéconomiques se détériorent surtout en Allemagne qui n’arrive pas à faire face à la crise énergétique.

Le UK tente de relancer son économie avec des réductions de taxe

Le nouveau Chancelier de l’Échiquier a dévoilé un paquet de mesures comprenant des baisses d’impôt et des réformes de la réglementation. Avec une inflation proche des 10%, les marchés ont fraichement accueilli ce plan. La Livre s’est effondrée et traite au plus bas depuis 1985. Les taux se sont envolés et le Footsie, l’indice phare de Londres, a perdu plus de 2% en une séance.

La pression monte sur le Japon

La politique diamétralement opposée de la banque de Japon commence à poser de sérieux problème dans l’Archipel. Le yen traitait en début de semaine à un plus bas depuis 1998, établi lors de la crise asiatique. A 145 yens/$, la banque du Japon est intervenue sur le marché des changes pour soutenir sa monnaie. Historiquement, ce genre d’intervention sans changement d’orientation de politique monétaire ne fonctionne pas à moyen terme.

La droite va l’emporter en Italie

Il y a des élections législatives ce week-end en Italie. L’extrême droite est aux portes du pouvoir. La leader du parti Fratelli d’Italia, Giorgia Meloni, est en tête des sondages. Sa victoire pourrait changer les équilibres au sein de l’Union Européenne et mettre la pression sur la dette italienne alors qu’on sait déjà que la BCE est inquiète de la dislocation des marchés obligataires.

L’envolée des prix à la production en Allemagne laisse sans voix

Les prix à la production étaient attendus en hausse autour de 1,6% pour le mois d’août et de 37% sur un an. Ils sont finalement de 7,9% sur un mois et 45,8% sur un an ! Au-delà de l’interrogation légitime sur de telles erreurs de prévision, ces chiffres sont terribles pour la première économie européenne. On ne voit pas comment une telle pression sur les prix à la production ne pourrait pas se transmettre aux prix à la consommation dans les mois à venir.

La Russie tente de réagir

Les quatre zones contrôlées par la Russie vont organiser ce week-end un referendum d’adhésion à la Russie alors même qu’elle perd du terrain face à la contre-offensive ukrainienne. Pour tenter d’arrêter ce revers militaire, le Président Poutine vient de décréter la mobilisation des troupes de réserves, mesure impopulaire impliquant maintenant directement la population dans le conflit. La Russie considère maintenant que ces territoires conquis font partie de la Mère Patrie et à ce titre sont susceptibles d’être défendu par l’arme nucléaire.

Revolut piraté

Le 10 septembre, la néobanque a essuyé une « cyberattaque très ciblée » à l’issue de laquelle les pirates pourraient avoir obtenu des informations confidentielles. Plus de 50 000 clients sont concernés. Pas de quoi paniquer car aucun argent n’a été dérobé, mais cela vient nous rappeler que les hackers sont toujours à l’affut et qu’il faut toujours être vigilant.

Calendrier de la semaine

Les principaux chiffres macroéconomiques qui peuvent faire bouger les marchés cette semaine.

  • L’indice Ifo du climat des affaires en Allemagne attendu en légère baisse confirmera le ralentissement outre-rhin.
  • La confiance des consommateurs américains devrait sortir en légère hausse.
  • La confiance des consommateurs européens devrait être stable.
  • La première estimation de l’inflation en Europe pour le mois de septembre devrait être en hausse sensible autour de 9,6%

Philippe de Gouville
CEO et co-fondateur d’Ismo

Philippe vous propose chaque semaine son analyse de l’actualité des marchés financiers sur le blog Ismo. Retrouvez ses précédentes analyses dans la catégorie Actualités du blog.