Weekly Ismo – 26 novembre 2021

Retour au blog


  • Le MSCI World recule fortement : -2,82%.
  • Les taux baissent : 1,48% pour le 10 ans US, -0,34% pour le 10 ans allemand.
  • Les matières premières baissent. Le pétrole s’effondre de 10% à 68$/bl.
  • Le Bitcoin baisse de 7,5% à 53 700$.
  • Le dollar est stable à 1,13$/€.
  • La volatilité, mesurée par le Vix, explose à 28.

Ces chiffres sont actualisés à la clôture des marchés du vendredi 26 novembre 2021.

Un nouveau variant de la Covid-19 apparait : le variant Omicron

Un nouveau variant a été identifié en Afrique du Sud cette semaine provoquant un effondrement des marchés vendredi. Les investisseurs anticipent un retour des limitations de déplacement et craignent un possible retour des confinements. Ce nouveau variant présente un nombre important de mutations faisant craindre une perte d’efficacité des vaccins. Les actions liées à la réouverture des économies comme celles des secteurs des transports et des loisirs ont été particulièrement massacrées.

L’Allemagne repousse l’idée d’un reconfinement

Le pays est pourtant confronté à une explosion des cas. Le prochain chancelier, le social-démocrate Olaf Scholtz préfère d’abord tester d’autres mesures comme imposer la vaccination à certaines populations.

Powell confirmé en tant que président de la FED

Finalement, Joe Biden a renouvelé Jerome Powell dans ses fonctions au détriment de l’autre candidat, Lael Brainard. A cette annonce, les obligations américaines ont reculé. Les investisseurs estiment que le président de la FED (Réserve Fédérale des Etats-Unis) est plus enclin à monter les taux rapidement que son challenger.

Joe Biden ordonne l’utilisation des réserves stratégiques de pétrole

Il s’agit d’une action pour faire baisser les prix du pétrole. La Chine, l’Inde, le Japon et le Royaume-Uni accompagne cette action en mettant aussi une partie de leurs réserves sur le marché. L’impact sur les prix de cette action a été limité. Le pétrole a en revanche fortement reculé avec l’apparition du nouveau variant.

La livre turque au plus bas

La prise en main de la politique monétaire pas le président Erdogan fait peur. Le pays s’enfonce dans la crise. Mais aussi, quelle idée de vouloir combattre l’inflation en baissant les taux !

Décollecte sur le livret A en octobre

-3,40 milliards en octobre. Les épargnants ont puisé dans leur bas de laine pour la première fois en 2021. La fin d’année est source de nombreuses dépenses. L’inflation peut également être une raison pour faire face aux dépenses courantes. Mais la faiblesse du taux du livret A peut aussi inciter des épargnants à opter pour d’autres placements plus rémunérateurs.