Weekly Ismo – 17 janvier 2022

Retour au blog

Chers lecteurs,

Comme chaque semaine, Ismo décrypte pour vous l’actualité qui impacte les marchés financiers.

Bonne lecture !

Le coup de pouce du gouvernement pour le Livret A

Le gouvernement a annoncé le doublement du taux du livret A de 0,50% à 1%. Bruno Lemaire justifie cette décision pour assurer le financement du logement social. Le tiers des sommes y est affecté c’est vrai. Mais le logement social n’était pas en danger compte tenu du fait que les Français n’ont jamais mis autant dans les livrets ! Ça sent le cadeau pré-électoral … Mais c’est toujours bon à prendre !

Les chiffres de la semaine

  • Le MSCI World est stable : +0,18%.
  • Les taux montent encore : 1,79% pour le 10 ans US, -0,04% pour le 10 ans allemand.
  • Les matières premières sont en hausse. Le pétrole progresse de 6%, à 83$/bl.
  • Le Bitcoin rebondit doucement à 43 000$.
  • Le dollar baisse à 1,14$/€.
  • La volatilité, mesurée par le Vix, est stable à 19.

Ces chiffres sont actualisés à la clôture des marchés du vendredi 14 janvier 2022.

L’inflation atteint des niveaux inquiétants aux US

7%. C’est l’autre chiffre de la semaine et il concerne l’inflation américaine en 2021. Des loyers en hausse de 18% sur un an, l’immobilier de 16%, la nourriture de 30% et les voitures d’occasions de 53%. Et ce ne sont que des exemples pris dans une longue liste. Et la FED, à travers la voie de son président, essaie de rassurer les investisseurs sans donner l’impression de paniquer.

Omicron, le pic est passé ?

Dans plusieurs grandes métropoles du monde, le nombre de cas commence à décroître. Le nombre d’hospitalisations a nettement progressé ces derniers jours mais pas celui des décès. Le pic de la vague pourrait être derrière nous, ou tout proche.

La guerre aux portes de l’Europe ?

Les discussions entre la Russie d’un côté et les US et l’OTAN de l’autre n’avancent pas. Le risque d’invasion de l’Ukraine par la Russie n’a jamais été aussi grand. Pour l’instant, seules des sanctions sont envisagées. On se demande bien comment cela pourrait empêcher Poutine d’y aller. Encore une fois la Russie et les US font joujou avec l’Europe. Humiliant.

De moins en moins d’obligations avec un rendement négatif

L’inflation fait remonter les taux et fait donc baisser les obligations. Du coup le montant des obligations dont le rendement est en territoire négatif a été divisé par 2 passant de près de 17 000 milliards d’euros à 9 000 milliards d’euros. On les trouve surtout dans les obligations d’états de la zone euro.