Warren Buffett accuse Wall Street d’avoir fait des marchés une gigantesque salle de jeu​

Retour au blog

Image-blog-article

On ne présente plus Warren Buffet, l’oracle d’Omaha comme on l’appelle, et son célèbre acolyte Charlie Munger. C’est un investisseur parti de rien qui est aujourd’hui la 8ème fortune mondiale avec plus de 100 milliards de dollars : une légende qui fait moins de bruit que Bezos ou Musk.

Leurs interventions sont rares et toujours très attendues. Le 30 avril, lors de leur présentation annuelle aux actionnaires de Berkshire Hathaway, l’entreprise qui lui a permis de faire tous ses investissements ces dernières années, Warren Buffett a fustigé les plateformes de trading pour avoir encouragé les comportements spéculatifs en utilisant les techniques de gamification venant des plateformes de jeu.

Du haut de ses 91 années d’expérience qui l’ont vu construire une fortune colossale à coup d’investissements géniaux dans des entreprises sous valorisées, il renouvelle ses critiques envers ses cibles favorites, les banques et les courtiers : « D’une façon ou d’une autre, ils gagnent toujours de l’argent, en récupérant les miettes qui tombent de la table du capitalisme. Ils ne gagnent pas d’argent tant que les gens ne font rien (…) Ils gagnent beaucoup plus d’argent lorsque les gens jouent que lorsqu’ils investissent. ».

Buffett déplore que les actions des grandes entreprises soient devenues de vulgaires jetons de poker. Il dénonce notamment l’utilisation d’options à effet de levier, affirmant que les courtiers gagnent encore plus d’argent avec ces paris qu’avec de simples investissements alors qu’ils multiplient les risques de pertes.

Image-blog-ismo

Charlie Munger enfonce le clou : « Nous avons des gens qui ne savent rien des actions conseillées par des courtiers en valeurs mobilières qui eux-mêmes en savent encore moins ». Pour conclure que « C’est une situation incroyable, folle. Je ne pense pas qu’un état sensé puisse souhaiter cela. Qui peut souhaiter que les actions des entreprises du pays se négocient dans un casino ? ».


Via les plateformes de trading (Robinhood, eToro, Trade Republic, etc …), les particuliers se sont rués sur les actions pendant la pandémie faisant exploser les cours à la hausse. Mais voilà, avec un début d’année terrible, le marché s’est retourné mettant la plupart dans le rouge. L’activité de ces plateformes est en net recul, les déçus préférant jeter l’éponge (il suffit de voir l’effondrement de 43% de l’action Robinhood depuis le début de l’année !).

Pendant ce temps Warren Buffet et ses équipes ne sont pas restés inactifs. Comme à chaque fois qu’il y a des fortes baisses des cours, ils en profitent pour récolter des entreprises de valeurs à des prix décotés. C’est cette stratégie qui lui a permis de devenir dans la durée un des principaux actionnaires d’Apple, Coca-Cola et de majors du pétrole. S’il se met à acheter, c’est peut-être aussi un signe que la fin de la baisse est proche, même s’il n’a jusqu’à présent utilisé qu’une petite partie de la trésorerie (cash is king !) qu’il a mise de côté pour profiter d’une telle dislocation.


Avec Ismo, nous sommes complètement en phase avec ce constat et nous avons déjà alerté à de nombreuses reprises, et nous le referons, qu’il ne faut jamais confondre spéculation et investissement. La construction d’un patrimoine demande de la patience et de la sérénité, se fait dans le temps, à coup de diversification, en fonction de ses capacités et de son appétence pour le risque