Qui est Harry Markowitz, auteur de la théorie moderne du portefeuille ?

« Investir dans 1000 actions est moins risqué que d’investir dans une action ! » Ce mantra que l’on répète chez Ismo est la conclusion de la théorie moderne du portefeuille d’Harry Markowitz.

Mais qui est Harry Markowitz ?

Né en 1927 à Chicago, Harry Markowitz est l’auteur de la théorie moderne du portefeuille, théorie appliquée encore aujourd’hui dans le monde de la finance pour définir le portefeuille le plus rentable pour un niveau de risque donné. Ses travaux ont été reconnus comme la première tentative de théorisation de la gestion financière. Le modèle qu’il établit suggère de s’appuyer sur des critères statistiques et de diversification pour sélectionner les titres boursiers qui composent un portefeuille et ainsi créer le « portefeuille optimal ». Il reçoit pour ses recherches le prix de théorie John-von-Neurmann en 1989 et est lauréat du prix Nobel d’économie en 1990.

La théorie moderne du portefeuille

Markowitz se place dans l’hypothèse où :

  • les marchés financiers sont efficients (information parfaite)
  • les acteurs de ces marchés sont rationnels, c’est-à-dire averse au risque. Certains seront disposés à prendre de plus grands risques en échange de rendements attendus plus élevés.

Selon sa théorie, un portefeuille composé de plusieurs titres est moins risqué qu’un portefeuille composé d’un seul titre, même si celui-ci est le moins risqué de tous. Cela permet à l’investisseur d’optimiser la composition de son portefeuille en tenant compte du risque et du rendement de chaque placement afin d’obtenir le meilleur rendement possible pour un niveau de risque déterminé du portefeuille. C’est de cette façon que sont fabriqués les fonds Ismo Prudent, Ismo Balanced et Ismo Dynamic, à partir d’un niveau de risque déterminé pour chacun. Markowitz a donc défini le « portefeuille efficient » comme étant le portefeuille le plus rentable pour un niveau de risque donné. Les investisseurs n’aiment pas le risque – mais sont disposés à prendre de plus grands risques en échange de rendements plus élevés. L’équilibre risque/rendement que l’on tolère est propre à chacun. En possédant des titres qui ne sont que pas ou peu corrélés et donc en diversifiant ses placements, l’investisseur obtient la même espérance de rendement avec une volatilité du portefeuille diminuée.