Cryptos : record de vols au premier trimestre 2022

On pensait les cryptos inviolables. C’est en effet le cas, la blockchain n’a pas connu à ce jour de faille de sécurité. Il n’en est pas de même des comptes. Lorsque vous voulez traiter des cryptos, vous ouvrez en général un wallet sur une plateforme connue. Vous lui confiez alors la sécurité de votre portefeuille voir de votre clé privée. Et c’est là que le problème se pose. Même si les cryptos ont eu tendance à baisser au premier trimestre, ce qui remet d’ailleurs son rôle de « valeur refuge » un peu en question, les pirates et hackers eux, ne connaissent pas la crise ! Les attaques contre divers projets et écosystèmes cryptographiques ont rapporté des millions de dollars aux pirates et aux escrocs. Près de 700 millions de dollar ont ainsi été dérobés au premier trimestre et les arnaques en tout genre pullulent sur le net.

 

C’est surtout l’écosystème Solana qui a été le plus touché avec 400 millions de dollars volés en exploitant une faille du système de signature d’un pont de communication entre Solana et d’autres réseaux de Finance Décentralisée (DeFi).

Binance Smart Chain a aussi essuyé des piratages à hauteur de 100 millions après une attaque d’un de ses protocoles.

Les NFTs (Non Fungible Token), si populaires actuellement, en particulier auprès des jeunes, ne sont pas en reste. Le vol par hameçonnage et des projets de NFT lancés par des escrocs ont permis de voler plus de 50 millions de dollars au premier trimestre.

C’est aussi pour ces raisons que le régulateur (l’AMF, Autorités des Marchés Financiers) invite les épargnants à être très prudents dans l’utilisation de ces nouvelles technologies.

La sécurité des projets devrait être l’une des principales préoccupations d’une personne souhaitant investir dans une crypto-monnaie. D’autant qu’il y a de plus en plus d’offres, avec une nouvelle crypto chaque semaine pratiquement. Une vraie jungle où il est de plus en plus difficile de s’y retrouver.

image-crypto-min

La plupart des événements de piratage liés à la blockchain se produisent parce que les cybercriminels exploitent des failles dans le code du projet et non dans la blockchain elle-même. L’essor des Smart Contracts, véritables bouts de code stockés directement dans la blockchain, augmente la complexité technique et donc les risques notamment s’ils présentent des failles exploitables lors de leur exécution.

A l’issue de cette analyse, nous voulions souligner que, chez Ismo, vos parts et les actifs de votre fonds sont conservés chez un dépositaire bancaire qui sert de coffre-fort pour vos positions.