Blog

Vous avez des projets ? Vous voulez devenir propriétaire ou préparer votre retraite ? Préparez-vous !

Imaginons que vous souhaitiez bénéficier de 100 000 €. Réunir cette somme ne sera pas facile et va demander de nombreuses années d’épargne rigoureuse. Le nombre d’années d’effort va dépendre de plusieurs facteurs :

  • Le montant que vous investissez chaque mois : 50€ ou 300€ voir plus ?
  • Le rendement du placement que vous choisissez : un placement prudent avec un rendement faible à long terme ? un placement plus dynamique mais plus risqué ?

D’autres facteurs jouent comme, les frais, la fiscalité et l’inflation qui vont ronger le pouvoir d’achat ou la capacité à financer un projet à terme.

  • Le montant que vous investissez : chacun doit construire son futur en fonction de ses capacités. Il n’est pas bon de sous épargner comme il peut être dangereux de sur-épargner. Le montant que vous allez régulièrement investir n’a pas vocation à évoluer considérablement. Il varie en fonction de vos évolutions de carrière et de votre situation familiale. Il ne faut pas chercher à « timer » le marché, tous les apprentis traders finissent par perdre*. Choisissez donc le montant qui ne vous demandera de vous priver dans votre vie de tous les jours
  • Le rendement du placement que vous choisissez dépend de votre patrimoine, de vos revenus et de votre capacité à supporter le risque. Rien de pire que de vouloir récupérer son argent en pleine crise !

*Selon Morgan Stanley, tous les traders particuliers ont perdu les gains qu’ils ont pu faire depuis janvier 2020 et ce malgré la hausse de 25% des marchés

Combien d'années pour avoir 100 000€ de côté

Capture d’écran 2022-05-17 à 17.05.04

Premier constat, avec le livret A, il faut 100 ans d’épargne pour atteindre les 100 000 €. Une vie n’y suffira pas ! Les placements prudents doivent être utilisés pour le court terme car ils n’apportent pas grand-chose si ce n’est la protection du capital.

Pour des projets comme un achat immobilier, il faut mettre de coté au moins 300€ par mois pour espérer avoir 100 000€ d’apport dans 15-20 ans et 500€ pour espérer en disposer au bout de 10 ans.

Pour un horizon plus long, comme la préparation de la retraite, une centaine d’euros mis de côté chaque mois devrait suffire, si vous avez plus de 30 ans devant vous. Sinon, il faudra mettre un peu plus.

Si on se réfère à l’histoire, les rendements moyens à long terme des actions sont de 8-10% brut. Si votre support d’investissement est diversifié, les rendements sont plus faibles.

Ce tableau n’a qu’une valeur théorique, ne prenant pas en compte notamment les frais encourus qui vont peser sur la performance et ne doit pas être utilisé seul pour étayer vos choix d’épargne et d’investissement.

A quoi bon placer l’argent ?

L’effet « boule de neige » conséquence du réinvestissement des intérêts peux être très important. Plus le temps passe, plus ce mécanisme apporte de la valeur, le temps travaille pour vous ! Votre aurez un capital qui aura doublé au bout de 20 ans par rapport à vos investissements s’ils vous rapportent 7% par an.

Image-100

Il s’agit là encore d’une simulation, qui suppose des rendements constants sans modélisation du risque. Plus vous opterez pour un produit dynamique, plus la performance peut s’éloigner à la baisse comme à la hausse des courbes simulées.

 

Opter pour la Flat Tax ou l'intégration à l'impôt sur le Revenu

C’est le moment de finaliser sa déclaration d’impôts sur les revenus de 2021. Voici quelques conseils pour déclarer les revenus de vos placements financiers, notamment si vous avez réalisé des plus-values lors de la revente de parts des fonds Ismo. Si vous êtes concernés, Ismo vous a envoyé les données fiscales (IFU) à reporter sur votre déclaration.

En 2018, la Flat Tax (30%) a été mise en place afin d’inciter l’investissement plutôt que les placements destinés à obtenir des avantages fiscaux. Depuis sa création, c’est l’option activée par défaut pour l’imposition de vos intérêts et revenus de capitaux mobiliers.

Ceux qui souhaitent opter pour l’intégration au barème progressif de l’impôt sur le revenu doivent indiquer expressément leur choix lors de leur déclaration de revenu (case 2OP de la déclaration). Ayez à l’esprit qu’aucun panachage n’est permis, soit la Flat Tax s’applique à tous vos produits de placements, soit c’est la soumission à l’IR. Pensez donc à bien intégrer tous vos placements dans votre analyse. Rappelons que les produits d’épargne réglementés (Livret A, Livret Jeune, LEP, LDDS, PEL de moins de 12 ans et CEL ouvert après 2018) ne sont pas concernés par l’impôt et ne sont donc pas à prendre en compte dans le calcul.

La mise en place du prélèvement à la source début 2019 ne concerne pas les revenus soumis à la Flat Tax. Donc le processus de déclaration de ses revenus ne change pas. C’est à cette occasion que l’activation de cette option sera à effectuer.

Mais quand vaut-il mieux opter pour l’intégration des revenus de ses placements au barème de l’Impôt sur le Revenu ?

Dans la majorité des cas, il suffit de comparer les tranches du barème de l’impôt sur le revenu pour décider de la meilleure option. La Flat Tax est la somme des prélèvements sociaux (17.2%) et de la taxation sur les produits d’épargne et d’investissement (12.8%). Les prélèvements sociaux sont dus par tous, quel que soit le système choisi. En revanche, si votre tranche marginale d’imposition est inférieure à 12.8% ou si vous n’êtes pas imposable, il peut être intéressant de renoncer à la Flat Tax. Cette mesure est donc favorable à des millions de foyers fiscaux. En revanche, optez pour la Flat Tax si votre foyer fiscal est dans une tranche haute (> 11%)

Attention, cependant. Cette intégration fait monter votre Revenu Fiscal de Référence (RFR). Si vous êtes allocataire de prestations fiscales soumises à conditions de revenus, le fait de demander l’intégration à l’IR de vos produits d’épargne, fera mécaniquement monter votre RFR et vous risquez de perdre vos droits à certaines de ces allocations.