Blog

Par l’intermédiaire de Bruno Lemaire, le gouvernement vient d’annoncer une hausse des taux des livrets administrés. Ainsi, le taux du livret A va doubler à partir de février pour s’établir à 1%. Le gouvernement monte aussi la rémunération du Livret d’Epargne Populaire à 2.2%.

55 millions de Livret A concernés par cette mesure

La mesure concerne plus de 55 millions de Livret A (Banque de France) car presque tous les Français en possède un. C’est le produit plébiscité pour loger son épargne de précaution. Les Français y sont très attachés car ce sont souvent les parents qui l’ont ouvert. On le possède depuis sa jeunesse et on y a mis ses premières économies. Depuis le début de la crise du Covid-19, les Français ont accumulé de l’épargne et ont notamment gonflé les encours du livret A qui sert au gouvernement pour financer le logement social.

En termes d’image, l’impact de cette hausse est donc très important surtout dans l’environnement actuel où la préoccupation première des Français est l’inflation et le pouvoir d’achat.

On attendait 0,8%. Le gouvernement à finalement décidé que ce serait 1%. Les plus cyniques y verront une mesure qui arrive « à propos » à l’approche des élections présidentielles. Rappelons que le taux du Livret A est issu d’un calcul relativement complexe prenant en compte l’inflation sur une période de 6 mois et le niveau de l’eonia (le taux d’intérêt au jour le jour actuellement autour de -0,50%). La formule donnait une estimation autour de 0,8%. Le gouvernement a opté pour un « chiffre rond ». La Banque de France propose un taux et le gouvernement décide.

L' impact pour le porte-monnaie des Français restera symbolique

En effet, le montant moyen d’un Livret A et de 5 500 €. Cela va donc rapporter en moyenne 27,5€ en 2022. Pas de quoi redonner du pouvoir d’achat. Mais cette hausse, même symbolique, est bonne à prendre car de toute façon, l’épargne de précaution ne rapporte historiquement pratiquement rien si on compare son rendement à l’inflation. Actuellement, même après cette hausse, le taux reste très en deçà de l’inflation.

Graphique-inflation-livret-A

Pour le gouvernement, la mesure est loin d’être gratuite. L’encours total du Livret A dépasse les 344 milliards d’euros à fin novembre (Caisse de Dépôts). Le calcul est vite fait : cette hausse coûtera donc au moins 2 milliards par an. Le gouvernement souhaitait vivement qu’une partie de cette épargne accumulée pendant la crise, soit utilisée pour alimenter la consommation des ménages et la reprise. C’est pourquoi Bruno Lemaire a longtemps résisté en refusant de réévaluer la rémunération du Livret A en espérant que les ménages puiseraient dans cette réserve lors de la réouverture de l’économie. Il n’en a rien été et le gouvernement a finalement changé d’avis compte tenu des craintes sur le pouvoir d’achat

Revenu 2022 du livret A pour 5 000 € investis comparé à l’inflation

Erosion de la valeur de 10 000€ au cours du temps avec 2.7% d’inflation

Sur le long terme, des offres comme Ismo restent complémentaires

En revanche, en matière d’épargne, cela ne change pas la donne. Les taux sont bas, l’inflation monte, la valeur de l’argent s’errode. Il faut continuer à dynamiser son épargne en complétant les Livrets avec des placements certes plus risqués mais plus rémunérateurs à long terme.

        Gains comparés entre livret A à 1% et placement à 5% pour 1 000€ investis

Chers lecteurs,

Comme chaque semaine, Ismo décrypte pour vous l’actualité qui impacte les marchés financiers.

Bonne lecture !

Le coup de pouce du gouvernement pour le Livret A

Le gouvernement a annoncé le doublement du taux du livret A de 0,50% à 1%. Bruno Lemaire justifie cette décision pour assurer le financement du logement social. Le tiers des sommes y est affecté c’est vrai. Mais le logement social n’était pas en danger compte tenu du fait que les Français n’ont jamais mis autant dans les livrets ! Ça sent le cadeau pré-électoral … Mais c’est toujours bon à prendre !

Les chiffres de la semaine

  • Le MSCI World est stable : +0,18%.
  • Les taux montent encore : 1,79% pour le 10 ans US, -0,04% pour le 10 ans allemand.
  • Les matières premières sont en hausse. Le pétrole progresse de 6%, à 83$/bl.
  • Le Bitcoin rebondit doucement à 43 000$.
  • Le dollar baisse à 1,14$/€.
  • La volatilité, mesurée par le Vix, est stable à 19.

Ces chiffres sont actualisés à la clôture des marchés du vendredi 14 janvier 2022.

L’inflation atteint des niveaux inquiétants aux US

7%. C’est l’autre chiffre de la semaine et il concerne l’inflation américaine en 2021. Des loyers en hausse de 18% sur un an, l’immobilier de 16%, la nourriture de 30% et les voitures d’occasions de 53%. Et ce ne sont que des exemples pris dans une longue liste. Et la FED, à travers la voie de son président, essaie de rassurer les investisseurs sans donner l’impression de paniquer.

Omicron, le pic est passé ?

Dans plusieurs grandes métropoles du monde, le nombre de cas commence à décroître. Le nombre d’hospitalisations a nettement progressé ces derniers jours mais pas celui des décès. Le pic de la vague pourrait être derrière nous, ou tout proche.

La guerre aux portes de l’Europe ?

Les discussions entre la Russie d’un côté et les US et l’OTAN de l’autre n’avancent pas. Le risque d’invasion de l’Ukraine par la Russie n’a jamais été aussi grand. Pour l’instant, seules des sanctions sont envisagées. On se demande bien comment cela pourrait empêcher Poutine d’y aller. Encore une fois la Russie et les US font joujou avec l’Europe. Humiliant.

De moins en moins d’obligations avec un rendement négatif

L’inflation fait remonter les taux et fait donc baisser les obligations. Du coup le montant des obligations dont le rendement est en territoire négatif a été divisé par 2 passant de près de 17 000 milliards d’euros à 9 000 milliards d’euros. On les trouve surtout dans les obligations d’états de la zone euro.