Blog

Les marchés sont entrés dans une phase de correction, ayant chuté de près de 10% depuis les plus hauts de novembre. Après le sentiment d’euphorie qui a prédominé en 2021, l’anxiété, voir la peur, s’installe chez les investisseurs (voir notre article : N’investissez pas avec vos émotions, ça ne rapporte rien !) et chacun s’interroge pour savoir s’il doit agir. Or nos émotions sont rarement bonnes conseillères !

Les baisses de marchés sont inévitables. Elles sont une caractéristique des marchés actions. En moyenne, les marchés subissent une correction (baisse d’au moins 10%) tous les 2-3 ans. Et pourtant, à long terme, les actions procurent les meilleurs rendements !

En effet, il y a une relation directe entre risque et rendement. En général plus le risque est élevé, plus l’espérance de rendement est élevée. En effet, personne n’investirait dans quelque chose de plus risqué avec une espérance de gain plus faible. Ça ne serait pas logique.

Encore faut-il avoir bien calibré sa stratégie d’épargne. Personne ne devrait utiliser des produits risqués pour son épargne de précaution. Avant d’investir, il faut :

  • bien définir son horizon d’investissement et choisir le produit en conséquence. Par exemple, si vous avez un projet à 3 ans, tout investir dans les actions n’est pas adapté.
  • évaluer sa tolérance aux risques et aux pertes. Bien qu’un certain nombre de tests d’appétence pour le risque puissent être effectué à l’avance, personne ne connait véritablement sa tolérance jusqu’à ce qu’il soit confronté à une perte réelle plutôt que virtuelle.
  • évaluer votre capacité à épargner. Il ne faut pas « sur-épargner ». En cas de baisse vous risqueriez de ne plus dormir et prendre les mauvaises décisions.

Avec Ismo, vous épargnez sans vous en rendre compte en construisant petit à petit et dans le temps votre investissement. Les soubresauts des marchés sont naturels et vous permettent, si vous avez bien calibré votre effort d’épargne, de continuer dans cette stratégie.

Une baisse supplémentaire ou prolongée ne devrait donc pas vous faire dévier de votre stratégie de construction actuelle. Le fait d’investir chaque semaine permet de lisser l’impact des variations sur votre épargne totale. Ceux qui se fixent réellement un objectif d’investissement à long terme ont tendance à ignorer le bruit et les fluctuations de marché. Ils restent bien exposés aux actions pour profiter de leur croissance à long terme.

Rappelons enfin que, même si le passé ne préjuge pas du futur, historiquement, plus vous êtes patients, plus le risque de perte diminue :

image-rendement-msci-word-article-ismo-blog-min

Dans ce graphique, on voit une dispersion des rendements qui diminue avec le temps. Sur une année, les rendements s’étalent de -50% à près de 70%. Cet intervalle se réduit avec le temps. Pour un investissement sur 10 ans, il n’y a pratiquement jamais eu de perte. Enfin, il est possible de réduire ces intervalles en combinant l’exposition action avec une exposition obligataire comme c’est le cas avec les fonds Ismo.