fbpx
  • Le MSCI World progresse : +0,4 %.
  • Les taux reculent nettement : 4,24 % pour le 10 ans US, 2,42 % pour le 10 ans allemand.
  • Les matières premières rebondissent, le pétrole à 78$/bl.
  • Le Bitcoin glisse à 67 000$.
  • Le dollar progresse à ,07$/€.
  • La volatilité, mesurée par le Vix remonte à 13.

Ces chiffres sont actualisés à la clôture des marchés du vendredi 14 juin 2024.

Cette semaine les marchés ont légèrement progressé après la Fed et malgré l’inquiétude causée par la situation politique en France à l’issue des élections européennes. Vous pouvez aussi nous suivre au quotidien sur X (ex Twitter) pour des réactions sur l’actualité financière.

L’inflation américaine rassure

Bien que les chiffres de mai soient rassurants, cela n’est pas encore suffisant pour convaincre la Fed de baisser les taux. Il faut dire qu’avec 3,3% sur un an et 3,4% pour la partie core, on est encore loin de l’objectif de 2%. On attend encore de nouvelles confirmations de son ralentissement dans les mois qui viennent avant de bouger.

La Fed repousse les baisses des taux à plus tard

Pas de surprise. La Fed a décidé que le contexte ne permettait pas de baisser les taux. Alors qu’en début d’année, les investisseurs voyaient 7 baisses de taux en 2024, la Fed n’en prévoit plus qu’une. Mais avec la crise politique en France, le risque géopolitique toujours aussi fort et des élections entre un condamné et un grabataire aux US, tout est encore possible. Jérôme Powell, toujours aussi « colombe », nous a gratifié d’une remarque des plus surprenantes. En effet, il doute de l’exactitude des chiffres de l’emploi. Pourtant, une grande partie de ses décisions repose dessus.

La dissolution de l’Assemblée fait chuter les marchés

Les marchés sont inquiets de la déroute à venir des partis centristes et démocratiques en France aux prochaines législatives. Les investisseurs jugent les programmes politiques et économiques de l’extrême droite et de l’extrême gauche farfelus et irréalisables conduisant à l’explosion du déficit et de la dette. Un scenario à la Liz Truss est même envisagé. Scénario lors duquel la dette anglaise s’était effondrée en quelques heures menaçant de risque systémique l’ensemble du pays. La fraichement nommée Liz Truss dut alors démissionner après seulement quelques jours afin d’éviter le chaos. Nous n’y sommes pas encore mais la dette française et les valeurs bancaires françaises sont déjà systématiquement vendues depuis lundi. La France se financerait aujourd’hui à un niveau supérieur à celui de Portugal, de la Belgique, des Pays-Bas, de l’Autriche ou de l’Irlande. Pour le moment, les sondages, et il faut rester extrêmement prudent, montrent qu’aucune majorité absolue ne sortirait des urnes rendant le pays ingouvernable. Beaucoup de travail en perspective pour la BCE.

La guerre commerciale entre l’Europe et la Chine est lancée

Contre l’avis de l’Allemagne qui craint pour ses exportations, la Commission Européenne vient d’imposer une taxe de 25% sur les véhicules électriques en provenance de Chine. Cette mesure protectionniste doit permettre aux constructeurs européens de faire face aux subventions massives chinoises dont l’objectif est clairement de dominer le marché automobile mondiale par tous les moyens. La BYD va donc être plus chère.

Et pendant ce temps-là, au G7 en Italie

Une aide de 50 milliards de dollars pour l’Ukraine a été validée. Cette aide sera financée par les intérêts et les produits des actifs russes gelés. Parallèlement, la Russie a donné ses conditions pour la fin du conflit : la reddition de l’Ukraine avec la garantie que le pays resterait neutre et n’entrerait pas dans l’OTAN.

La BoJ sur le point de pivoter ?

La Banque du Japon devrait incessamment modifier de façon substantielle sa politique d’achat de dette japonaise (JGB). On peut s’attendre à un profond bouleversement de sa stratégie de contrôle de la courbe des taux avec à la clé une réduction de ses achats. La BoJ s’apprête donc à resserrer les conditions financières alors que le PIB du premier trimestre s’est contracté de 1.8% annualisé.

Calendrier de la semaine

Principaux chiffres macroéconomiques pouvant faire bouger les marchés cette semaine :

Philippe de Gouville
CEO et co-fondateur d’Ismo

Philippe vous propose chaque semaine son analyse de l’actualité des marchés financiers sur le blog Ismo. Retrouvez ses précédentes analyses dans la catégorie Actualités du blog.

Suivez nous sur les réseaux sociaux !