Blog

Le Goudurix 😉

Les investisseurs ont eu Ă  digĂ©rer coup sur coup une pandĂ©mie et des opĂ©rations de relance fiscale sans prĂ©cĂ©dent. Comme si cela ne suffisait pas, il leur faut maintenant tenir compte d’un changement fondamental de stratĂ©gie des banques centrales, notamment de la FED et dans une moindre mesure de la BCE.

Fini le temps oĂč les banquiers centraux se rĂ©unissaient pour agir de maniĂšre prĂ©emptive pour empĂȘcher l’inflation de dĂ©passer 2%. La Fed a dĂ©cidĂ© de laisser filer l’inflation Ă  un niveau et pour une durĂ©e non dĂ©voilĂ©e. La raison est simple : l’emploi est devenu une prioritĂ©. Trop d’emplois ont Ă©tĂ© perdus ou sont devenus prĂ©caires. Les inĂ©galitĂ©s ont explosĂ© lors de cette crise.

En Europe, la BCE veut aussi intĂ©grer une dimension environnementale dans ses dĂ©cisions mĂȘme si son mandat est plus contraint. La lutte contre l’inflation est inscrite dans les traitĂ©s.

Tout cela est louable pour le moins, mais cela rend leur politique moins lisible par les marchĂ©s. De plus, les banques centrales doivent faire face aux « expĂ©riences » en matiĂšre de relance et de protection sociale de leurs gouvernements qui vont inĂ©vitablement conduire Ă  une hausse record des emprunts Ă  un moment oĂč les bilans de ces banques sont dĂ©jĂ  surchargĂ©s Ă  l’extrĂȘme. Peut-on indĂ©finiment entasser de la dette de cette maniĂšre ?

graphique-goudurix--juin-ismo

Source : Banque de France

Qui peut dire avec certitude ce qu’il va se passer aprĂšs cette pĂ©riode sans prĂ©cĂ©dent que nous avons vĂ©cue ? Une croissance qui accĂ©lĂšre durant les prochaines annĂ©es ? De l’inflation ou de la dĂ©flation ? Une croissance de courte durĂ©e suivie d’une rĂ©cession ?

Face Ă  la multiplication des possibles, les primes de risques devraient monter. Force est de constater que pour l’instant les marchĂ©s n’en tiennent pas compte. Les actions et le crĂ©dit spĂ©culatif (high yield) ont Ă  peine bronchĂ©. Les investisseurs sont pour l’instant sous le charme de l’argent qui va ĂȘtre dĂ©versĂ© par les plans de relance. Mais Ă  un moment, ils regarderont au-delĂ  et on peut s’attendre Ă  des ajustements des primes de risques, soit par l’écartement des spreads de crĂ©dit, soit par la baisse des P/E.